Aeka
2.8Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Dans un Japon médiéval fantastique, la jeune Aeka s’entraine auprès de l’homme qui a massacré les siens, dans le but de venger sa famille.

Après Redsun et son intrigante histoire SF, les Editions Kamiti (nouveaux venus sur le marché de la BD), nous proposent Aeka, une BD mêlant folklore japonais, histoire de vengeance, et une touche de fantastique.

Commençons par le dessin de Fabrizio Cosentino. Son trait clair et expressif apporte beaucoup de personnalité à l’histoire. On pourra néanmoins regretter quelques passages un poil confus, ou certains un peu trop sombres.

Concernant le scénario de Fuat Erkol et Christian Simon, il est tout à fait classique: l’histoire de vengeance et d’apprentissage comme on en a vu beaucoup. Ce n’est pas négatif, tant il est parfois bon de lire des récits codifiés qui nous baladent sur un chemin balisé. Ce qui fait l’originalité de leur récit, c’est la touche de fantastique, l’arrière fond occupé par cette guerre passée contre les dragons, et les conséquences de ce conflit sur la famille de la jeune Aeka.

A l’instar de Redsun, l’univers proposé semble vaste et prometteur. Mais de nombreuses questions restent sans réponse, et certains passages de l’histoire sont traités un peu vite.  Il faut espérer que l’histoire d’Aeka aura une suite, sous peine de passer à côté d’une série qui pourrait prendre toute sa mesure en quelques tomes.

A propos de l'auteur

Articles similaires