Dragon Ball Super: Broly
3.0Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Goku et Vegeta font face à un nouvel ennemi, le Super Saïyen Légendaire Broly, dans un combat explosif pour sauver notre planète.

Bah c’est tout? Y’a pas un résumé du film plus détaillé? J’aurais bien aimé… Mais le scénario de ce nouveau film Dragon Ball n’est pas plus développé que cette phrase.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, « Dragon Ball Super » est une série animée diffusée entre 2015 et 2018. Elle prend place quelques temps après la fin de l’arc Boo, et met en scène Beerus et Whis, un dieu de la destruction et son ange gardien qui décident du sort des êtres vivants de l’univers. C’est donc une suite directe du manga, située entre l’avant-dernier et le dernier chapitre de l’oeuvre d’Akira Toriyama.

Beerus est un as du combat, et il offre à Goku et Vegeta de nouvelles possibilités d’affrontements, de nouveaux ennemis surpuissants, avec bien sûr, de nouvelles transformations à la clé.

Dans un premier temps, la série a été très critiquée pour ses piètres qualités d’animation. On peut lui reprocher également un propos un peu trop enfantin, toujours plus de transformations, un fan service bien trop important, et des personnages ayant évolué… bizarrement.

Mais le succès est au rendez-vous, en témoignent deux films cinémas: « Battle of Gods », sorti peu avant la série, et « La Résurrection de F ». Ces deux films serontd’ailleurs intégrés à la série.

C’est dans ce contexte que sort ce nouveau long métrage, consacré à Broly.

Broly on le connait, il a eu droit à un OAV, et un long métrage en 2 parties… Sauf que cette fois, le choix de la TOEI, apparemment sur une idée de Toriyama, est de rendre Broly « canon ». C’est à dire que contrairement aux OAV et aux autres films qui ne s’intègrent pas à la chronologie de l’oeuvre originale, ce film fait partie de la série « Dragon Ball Super ». Broly, et tous les nouveaux personnages de ce film intègrent ainsi la timeline officielle de Dragon Ball.

Le film s’ouvre sur l’adaptation de « Dragon Ball Minus », un chapitre bonus du manga de Toriyama « Jaco, The Galactic Patrolman ». DB Minus raconte l’arrivée de Goku sur Terre, et la fin du peuple Sayan.

En parallèle à cette fuite de Goku, on apprend comment Broly est exilé sur une autre planète, le roi Vegeta ayant peur de sa force.

C’est une partie du film prenante, intéressante et plutôt bien foutue, même si malheureusement elle remet complètement en question l’OAV consacré à Bardock, le père de Goku, ainsi que le premier sur Broly.

La seconde partie du film nous raconte la manière dont Broly et son père sont retrouvés par Freezer, qui les intègre à son armée. Pas mal aussi: on fait face à un Broly beaucoup plus humain que celui des OAV. Il est moins flippant, mais plus fouillé.

Arrive alors la 3e partie du film: un long combat entre Goku et Vegeta d’un côté, Broly de l’autre. On a droit à presque toutes les transformations de nos héros, à des combats magnifiquement mis en scène, dynamiques, brutaux… Parsemés ici et là d’animation 3D beaucoup moins agréables.

Et c’est tout! Le film est un prétexte à cet affrontement dantesque. En terme d’histoire, on n’a pas grand chose à se mettre sous la dent.

 

On peut reprocher au long métrage de nombreuses incohérences, qu’il serait trop long de lister ici. Mais dans un scénario aussi minimaliste, elles font tâche.

Avec le temps, Dragon Ball s’est édulcoré. Fini les combats sanglants, les enjeux de vie ou de mort, les moments tragiques. Goku est la plupart du temps un bouffon niais, doué quand il s’agit de se battre, moins quand il faut réfléchir. Vegeta est son faire-valoir, et semble parfaitement accepter ce rôle. Il est là pour l’échauffement seulement, sans que ça ne gêne personne. Et Friezer est passé de tyran terrifiant à méchant récurrent qui n’inquiète plus personne. Triste…

Dommage que rien ne vienne remettre un peu en question ce schéma qui ne fait que se répéter dans la série, et qu’on voit à nouveau dans le film. L’univers de Dragon Ball est riche, preuve en est le principe de la série, ouvrant sur de nombreux autres univers. Il est possible d’y apporter de la fraicheur, de la nouveauté, plutôt que de ressortir à chaque fois la même recette.

Ce ne sera pas pour ce film, qui malgré ses défauts reste très fun: on ne s’ennuie pas (ça va trop vite pour ça), il est globalement assez beau, et quand on est un vieux fan comme moi, on ne peut que se réjouir de revoir Broly, Bardock et… un autre personnage qui conclut le combat.
On pourrait espérer mieux qu’un film un peu trop simple, fait uniquement pour contenter les fans. Mais c’est déjà ça, et tellement mieux fait que les deux films précédents. Espérons que les perspectives possibles que ce film apportera à la série seront bien exploitées.